COLCHIQUE
Colchicum autumnale L. 

PLAN DE LA MONOGRAPHIE :
 
  La plante
  Composition et emplois
  L'intoxication
  Photographies



LA PLANTE Colchique automnal, tue-chien, safran des prés, Colchicum autumnale L., Liliaceae.

Plante herbacée des prairies humides de l'Europe. La plante vivace par un bulbe est constituée par des feuilles parallélinerves, la fleur ne s'épanouit qu'à l'automne (d'où son nom). La fleur, très belle, est aisément reconnaissable, elle est tubuleuse, longue de 10 à 15 cm et de couleur rose-violacé.


COMPOSITION ET EMPLOIS :

Le colchique est connue depuis fort longtemps, de même que sa toxicité, l'alcaloïde majoritaire est la colchicine.

La colchicine est responsable de l'activité de la plante, mais aussi de sa toxicité. Toutes les parties de la plante sont toxiques.

Cette substance est capable d'inhiber la division cellulaire en se fixant sur la tubuline lors de la mitose, empêchant ainsi la formation des microtubules du fuseau (poison du fuseau) et bloquant la mitose en métaphase. Pour les non initiés retenez que la colchicine empêche nos cellules de se reproduire en exerçant une action très toxique. C'est donc un réactif de laboratoire, mais aussi un médicament très utilisé et très efficace sur la crise de goutte (pathologie inflammatoire avec accumulation et formation de cristaux d'acide urique dans les articulations, qui provoque des douleurs articulaires intenses. Le gros orteil est fréquemment touché).


L'INTOXICATION :

L'intoxication survient soit avec des médicaments à base de colchicine proposés dans le traitement de la goutte, soit avec la plante elle même.
Pour les médicaments il peut s'agir d'une erreur, d'un surdosage, voire d'un acte suicidaire (rare).
Pour la plante il peut s'agir d'une confusion avec une autre plante, il arrive que le bulbe puisse être confondu avec un oignon ! Les enfants peuvent également être attirés par la plante et en consommer les graines. Les intoxications restent fort rares, mais sont toujours sérieuses car il n'existe pas d'antidote spécifique. Les signes précurseurs sont des douleurs abdominales et des diarrhées. Les atteintes vont ensuite concerner la moelle osseuse et entraîner une leucopénie (baisse du nombre de globules blancs) exposant le malade à un risque infectieux important, et une thrombocytopénie avec risque hémorragique. Surviennent également des atteintes nerveuses et cardiaques.
Le traitement de l'intoxication consiste en un lavage gastrique et la correction des troubles en service de réanimation. On commence aussi à utiliser des anticorps anticolchicine.


PHOTOGRAPHIES :