MANDRAGORE

Mandragora officinarum L.


PLAN DE LA MONOGRAPHIE :
 
  La plante
  La composition
  Histoire et légendes
  Intoxication
  Photographies


 

LA PLANTE : Mandragore, Herbe de Circé, Pomme d'Amour, Main-de-Gloire, Homonculus, Anthropomorphon, Mandragora officinarum L. Solanacées.

 

Plante herbacée des régions méditerranéennes, vivace par un gros rhizome. La partie souterraine (le rhizome) est bifide et rappelle la silhouette d'un homme avec ses bras, ses jambes et son sexe, d'où les noms d'homonculus et d'anthropomorphon donnés parfois à la plante. Cette particularité a également valu à la plante une réputation assez sinistre. La partie aérienne est une tige très courte avec une rosette de feuilles ovales. Les fleurs sont solitaires, avec un pédoncule court, de couleur blanc-verdâtre ou violet pâle. Le fruit est une baie jaune orangé.

 


LA COMPOSITION :

Il s'agit d'une solanacée dont la composition en principes actifs est comparable à celle des solanacées officinales. La plante renferme environ 0,4 % d'alcaloïdes totaux, les principaux sont la scopolamine et l'hyosciamine.

 


HISTOIRE ET LEGENDES :

La mandragore est connue depuis fort longtemps, originaire de Syrie on la retrouve dans les pays du bassin méditerranéen, mais aussi en Egypte.
Elle est connue des Anciens et elle est signalée dans de nombreux écrits, les Hébreux et les Chaldéens l'utilisaient à des fins criminelles. On prétend que Hannibal pendant la guerre avec les Africains fit semblant d'abandonner son campement en laissant sur place des amphores pleines de vin où macéraient des racines de mandragore. Hannibal revint ensuite pour achever les soldats ennemis intoxiqués par le vin à la mandragore dans l'incapacité de se défendre.
Ses propriétés hallucinogènes et narcotiques furent largement utilisées en médecine antique et en sorcellerie, soit comme anesthésiant pour pratiquer des interventions, soit comme ingrédient pour la confection de philtres magiques.

La forme caractéristique de sa racine qui rappelle celle d'un homme lui a valu une réputation d'herbe magique. Au moyen-âge on la nomme demi-homme ou homme-planté et on prétend qu'elle pousse un cri d'agonie quand on la déterre pour la cueillir. Ce cri était sensé rendre fou celui qui l'entendait, aussi les sorcières faisaient-elles déterrer la plante par un chien dressé et se bouchaient-elles les oreilles avec de la cire. Il existe bien sûr de nombreuses autre légendes sur le compte de la mandragore, par exemple on accusa Jeanne d'Arc d'avoir tourmenté les Anglais grâce au pouvoir d'une mandragore cachée sous sa cuirasse.

 


INTOXICATION :

L'intoxication provoquée par la mandragore s'apparente à celle causée par les solanacées officinales ( BelladoneDaturaJusquiame ).

Il faut cependant noter les effets hallucinogènes remarquables de la plante, de plus les alcaloïdes actifs de la plante peuvent aisément traverser la peau et passer dans la circulation sanguine. Les sorcières du moyen-âge utilisaient cette propriété pour s'enduire les muqueuses et les aisselles à l'aide d'un onguent à base de mandragore, ce qui provoquait des états seconds avec hallucinations, sensation de lévitation et visions sataniques.

 



 PHOTOGRAPHIES :