RICIN

Ricinus communis L.


PLAN DE LA MONOGRAPHIE :
 
  La plante
  La composition
  L’intoxication
  Emplois
  Photographies
 



LA PLANTE : Ricin, Ricinus communis L., Euphorbiacées.

 

Le ricin est une euphorbiacée originaire d'Afrique tropicale qui s'est répandue un peu partout dans le monde, là où le climat le permettait, aussi la retrouve-t-on sous des climats subtropicaux, mais également sous les climats tempérés. Le ricin se présente sous la forme d'une plante herbacée ou arborescente, annuelle ou vivace suivant les conditions climatiques. Les feuilles, portées par de longues tiges, sont palmatilobées (5 à 12 lobes) et leur bord est denté. Les fleurs sont regroupées en grappes, les fruits sont des capsules tricoques hérissées de pointes (parfois absentes). La graine est luisante, marbrée de rouge ou de brun, elle présente une ligne saillante sur la face ventrale. Certaines variétés ornementales ont des feuilles dont la face inférieure et le pétiole sont colorés en rouge.

 


LA COMPOSITION :

La totalité de la plante semble toxique en raison de la présence d'une lectine glycoprotéique : la ricine. La concentration en ricine est maximale dans les graines qui renferment par ailleurs des protéines, de l'eau et des lipides. Ces graines sont riches en une huile qui doit ses propriétés purgatives à la présence de l'acide ricinoléique.

 


L’INTOXICATION :

Les L'huile de ricin contient de l'acide ricinoléique qui altère la muqueuse intestinale et provoque des pertes importantes en eau et en électrolytes (= sels minéraux), d'où son action purgative intense et irritante. La ricine, présente dans la plante et les graines est un toxique redoutable.

L'ingestion de graines, souvent accidentelle chez les jeunes enfants, peut provoquer des intoxications graves (en raison de la présence de ricine) nécessitant impérativement une prise en charge hospitalière. On considère que trois graines peuvent être fatales à un enfant, quatre graines peuvent déterminer une intoxication sérieuse chez l'adulte et six à huit graines pourront lui être fatales. Ces chiffres sont cependant à nuancer, la gravité de l'intoxication dépendra de la sensibilité individuelle de chacun à la ricine, de plus, selon que les graines sont mastiquées ou non, la gravité de l'intoxication ne sera pas la même. Dans tous les cas, lorsque les intoxiqués sont pris en charge à temps en milieu hospitalier, l'issue de l'intoxication est presque toujours favorable.
Dans certains pays on a déjà signalé l'usage des graines de ricin à des fins criminelles. Parfois, les graines de ricin peuvent se retrouver accidentellement mêlées à des céréales, provoquant ainsi des intoxications.

Les symptômes peuvent se manifester au bout de quelques heures, parfois plusieurs jours après, on retrouve des troubles digestifs (nausées, coliques violentes, parfois vomissements et soif intense). Les diarrhées vont se manifester ensuite, elles peuvent être sanglantes, avec des céphalées, des vertiges et des convulsions. Les lésions hépatiques et rénales apparaîtront plus tardivement.

La ricine qui est une lectine glycoprotéique est formée de deux sous-unités A et B, elle se fixe sur les ribosomes (pour les non spécialistes en biologie cellulaire, retenez que les ribosomes sont situés dans nos cellules et que c'est grâce à eux que nos cellules peuvent synthétiser les protéines. C'est donc très important pour le bon fonctionnement de nos cellules !) La sous-unité B permet la fixation de la ricine sur la membrane cellulaire, tandis que la sous-unité A va inhiber la synthèse des protéines en se fixant sur les ribosomes ce qui détermine l'action toxique de la ricine au niveau cellulaire.

Pour les amateurs d'anecdotes et d'histoires d'espionnage, voici un fait divers survenu à Londres à la fin des annnées 70 (on était alors en pleine guerre froide) et relaté dans le Bristish Medical Journal :

    Le 7 septembre 1978, M. Georgi Markov - un reporter bulgare - ressent une piqûre derrière sa cuisse droite alors qu'il attend un bus près de Waterloo Bridge en compagnie de son épouse. Lorsqu'il se retourne il voit un homme qui a fait tomber son parapluie, ce dernier s'excuse, puis aussitôt après monte dans un taxi. Quelques heures après, alors qu'il est chez lui, M. Markov se sent très fatigué et présente une fièvre élevée. Madame Markov remarque une tâche de sang sur le pantalon de son mari et remarque qu'il présente derrière la cuisse droite une trace de piqûre. L'état de santé de M. Markow se déteriore rapidement, il est hospitalisé et décèdera trois jours après l'apparition des premiers symptômes. A l'autopsie on retrouvera sous la peau de la cuisse droite une petite sphère de 1,52 mm de diamètre, composée d'un alliage métallique (90% de platine et 10% d'iridium), et percée de part en part de deux trous minuscules de 0,35 mm de diamètre. A l'intérieur de la sphère un volume d'environ 0,28 mm3 est disponible pour une éventuelle substance toxique, que l'analyse chimique identifiera comme étant la ricine.

L'enquête montrera que M. Markov a en fait été exécuté par un agent des services secrets d'un pays du bloc de l'Est, en raison des ses activités politiques dans son pays d'origine. La petite sphère contenant le poison a manifestement été inoculée à la victime à l'aide d'un parapluie (bulgare !), muni d'un dispositif spécial à son extrémité. L'assassin n'a semble-t-il jamais été identifié. Cette petite histoire illustre parfaitement la toxicité redoutable de la ricine par voie injectable, même à des doses infimes, sans commune mesure avec sa toxicité par voie orale.


Plus récemment l'actualité a évoqué l'usage de la ricine à des fin terroristes. Une telle menace doit effectivement prise au sérieux si on considère que l'on a affaire à la substance active pure, succeptible d'exercer sa toxicité massivement, et non plus à la plante. Les formes de dissémination utilisables sont les aérosols (risques respiratoires) ou le mélange à l'eau, par exemple dans le réseau d'eau potable d'une ville.

 


EMPLOIS :

Le ricin est cultivé dans de nombreux pays (Chine, Brésil, Inde,...). L'huile de ricin est obtenue à partir des graines par pression à froid, c'est un purgatif puissant, très irritant dont l'usage est à proscrire absolument, même si une utilisation traditionnelle comme laxatif subsiste encore de nos jours.
L'huile possède par ailleurs des propriétés lubrifiantes très intéressantes que l'on utilise dans l'industrie, mais on l'utilise également pour fabriquer des peintures, des surfactants,...
On l'utilise aussi comme matière première pour préparer l'acide undécylénique qui est un fongicide utilisé en usage externe.
On l'emploie aussi comme solvant pour préparations injectables, mais elle peut induire des réactions anaphylactiques graves.
Enfin, on l'employait jadis comme combustible pour l'éclairage. Dans certains pays on consomme les graines grillées.



 PHOTOGRAPHIES :

 

 


 

LIENS :

 

http://www.castoroil.in/  : page en anglais très détaillée consacrée au ricin